Rechercher dans ce blog

samedi 30 avril 2011

Comment Mathurin Sicard ne put entrer au Ciel

Si qu'on sé bête un p'tit, c'est encor' raisonnable.

Faut pas exagérer : ça n'est plus pardonnable.

Et Mathurin Sicard, de la rue Saint-Clément

S'en aperçut trop tard, mais dam' il n'tait plus temps.

Vous l'avez-t-y connu ? Il était peillotier

Ca 'tait un métier d' ren pour les haricotiers.

Il avait épousé en premièr' noc' Perrine

Et il n' fut point heureux avec cett' vieille mâtine.

Ca 'tait un' vraie gueudill' : quand ell' fut carpaillée

Il fut plutôt ben aise et il n'a guèr buyé.

Vantié six mois après Mathurin se r'marie.

Il tombit 'cor' plus mal avec la Jeann'-Marie;

Du coup cinq ans après c'est Mathurin qui meurt

Et ça 'tait ben pour lui, ma foi, un grand bonheur.

Le v'la parti au Ciel pour parler à Saint Pierre

Qui fut dit-on un gendr' ben bon pour sa bell'-mère.

"Je fus dix ans mariés" dit-il dans un soupir,

"Dix ans ! c'est pas possib'. Ah, t'es un vrai martyr.

Viens, tu l'as mérité, car tu es un' belle âme."

"Sûr ! que dit Mathurin, mêm' que j'ai eu deux femmes."

"Comment, t'en as pris deux ? Dam' là, t'es ben trop bête,

Fous-moi l' camp, dam' vraiment tu t'paies ma tête,

Un' fois ça passe encore, et moi je l'ai ben fait

Mais dam' deux fois, mon gars faut êt' un grand benêt."


in "vieux rimiaux guémenois"

Poésies en patois de Guémené

dimanche 17 avril 2011

La soupe au choux


Dans c' temps là que j' vous caouse il n'y avait qu'un méd'cin

C'est ben assez vantié pour mourir à son aise.

A c't' heure ci y en a trois et comm' dit mon voisin


On n' veut point laisser les gens s'en aller de vieillesse

Or donc un mercredi, au tout fin fond d' l'hiver,

le bon Docteur Heuzé s' chauffait dans sa cuisine,

Les pieds dans son foyer où la soup' de choux verts


Cuisait ben tout douc'ment dans un' saprée terrine.


Comme il était gourmand, y s' régalait d'avance,


Car ça sentait si bon "J' vas faire un bon soupeu,


"Ca n'est pas défendu d'aimer l' bon cas je pense".


Mais dam', le malheureux, il fut bien attrapeu.


On frappait à la porte "Allons bon, que que n'y a ?"


"C'est le gars Souais Ricordel il a ben besoin d' vous,


"Pour aller voir sa femm' dans le bourg de Mass'ra


"Dépêchez vous, Monsieur, car ça n' va pas du tout."


"J' 'tais à fair' mon souper et j'accours au plus vite.


"J'attell' ma vieill' jument dam' je m'en viens au plus vite.


Dit le Docteur Heuzé, j' vous emmène avec maï


"J' va prendr' mon grous mantiau, car il fait fre et naï."


Les v'là tous deux partis au grand trot d' la jument


Qu'avait sans vous mentir, vantié ben plus de trente ans.


Arrivé à cent mètr' du bourg de Masséra


Ricordel dit : "Monsieur, j' vous prie arrêtez là."


"Mais je n' se pas rendu." "- C'est ben bon que j' vous dis


"V'là cent sous que j' vous dois, au r'voir et grand merci."


"Que c'est-y qu'ça veut dire ? Et vot' malad' là bas ?"


"Ah ! Monsieur, y en a point, pas plus s'ment qu' sur mon bras.


"Perrin' n'a rin du tout, mais ell' n'est point commode.


"Tout deux on n'y peut rin, faut que j' m'en accomode.


"Ecoutez en deux mots mon histouèr' zallez vaille


"A la foir' de Guém'né, j'ai eu l' grand tort de baille


"Vantié cinq, six chopin's de plus que j' n'aurais dû


"Et dam', le train de R'don, li n' m'a pas attendu.


"Pour rentrer à Mass'ra, sûr, ça n' fut pas facile


"Pour trouver un' voiture je fis l' tour de la ville


"Chez Jarnot, comme ailleurs fallut payer dix francs !


"Je m' suis dit chez l' docteur, ça s'ra ben différent.


"Pour venir à Mass'ra le med'cin prend cent sous,


"J'ai 'cor tout' mes idées, car je n' se pas trop saoul.


"Et j'ai toujours été un gars ben économe,


"J'ai payé c' que j' vous dois, et je se quitte en somme.


Le docteur stomaqué repartit sur le coup


Pour rentrer à Guém'né manger sa soupe aux choux.



in "Vieux Rimiaux Guémenois"


Poésies en patois de Guémené

dimanche 3 avril 2011

La Truie à Nanon


Depeuill' que l'monde est monde (et ça n'est pas d'aneu),
On n'avait vu chez nous et dans tout' la contreuille
Des commun's de Piesseu, d'Aveussa' et d' Guém'neu,
Un' bêt' pus bell', pus grasse et pus fort' que la treuille
A Nanon Amosseu, la fille au pèr'Batisse,
La veuve au d'funt Legaut, Legaut, de l'Epinaille.
El't'ait pus grouss' qu'un boeuf et pus haut' qu'un' génisse,
Avec un guerouin rose et des tach's blanch's et nailles.
Ell' la z'avait ach'teu un jour de Saint Micheu.
Ell' la z'avait payeu, vantié pus dix pistoles.
Nanon en'tait glorieus' glorieus' jusqu'à pécheu.
Ell' disait, à part elle : "N'y manqu' que a parole."
Comme emm'tait pas bien riche et qu'elle aimait l'argent,
Ell' comptait bin la vendre avec bon bénéfice.
Ell' disait : "Dans six mois, je s'rons à la Saint Jean
Et j'm'en irait la vend' sitout après Office.
Vé ! Mais v'là qu'un biau jour, au mitan d'février,
La treuill' ne v'lit rin prend', ni mitau, ni patache,
Nanon li port' du son, des poires de son grenier,
Des châtaign's égachées avec du lait d'sa vache,
Ell' n'y goutit qu'un p'tit et ell' dépérisseu.

Et la treuill' tous les jours maigrisseut, maigrisseut.
Ell' changeait d'plus en plus, rien n'y faisait plaisi.

Nanon dit : "Ma grand' faille ça n' dur'ra pas ainsi."
La v'là partie, un saill' trouver Perrin' Godard.
"Ell' saura bin c' qui m' faut, ell' m' donn'ra un' méd'cine.
"Et pour la défrayer j' li port'rai un p'tit d'lard.
"Et pis j'somm's t'y pas tout' deux un p'tit cousines ?"
Perrin' li dit : "Mafite, je n' voudrais point t' voleu.
"Si j' tais qu' taill', j' m'en irai trouveu Hyacinthe Evain.
"C'est un fameux hongreur, tu n'as qu'à li parleu.
"J'ai oui dir' bin des faill's, qu'il teu un p'tit devin."

V'là Hyacinthe arriveu, et qui r'gardait la treuille,
La tournit, la virit, li tapit su' la panse,
Qui li donnit un' purge, un' bonn' purge à l'oseille,
Avec un tas d'poueson à mett' dans sa pitanse.
Mais la fi d' garc' de treuille, ell' n'en allait pas mieux.
Ell' t'ait prêt' à queuvreu. Et Nanon en brezeu !
Ell' r'tournit chez l'hongreur en se frottant les yeux.
Il li dit : " Ma consort' j'vas la débarasser".
(Il avait bu un coup : ça arrivait souvent.)
"Mais dam', ça t' cout'ra cher. - Disez, disez terjous.
"Si faut payeu, j'pairai ; je n' tiens p'int à l'argent
"Et pour sauver ma treuill', j' donn'rais bin cent sous !
"Hé bin, v'là mon secret, li dit Jean Becavin.
"Vot' treuill' ne veut rin prendr', c'est là son grand malheur,
"Y en a tant qui prenn' bin ou du cit' ou du vin,
"Les marguilleu, surtout, qui sont des gens d'honneur,
"J' n'ai jamais oui dir' qu'i's avaient r'fusé d'prendre.
"Et quand i' r'tourn't chez eux tous les dimanch' au saill',
"I's n'ont jamais trouvé qu' la route soit assez grande,
"Car, dans tout' la raisié, i' n'ont fait rien que baille.
"Allez donc à la cure, trouveu Monsieur l'Cureu,
"Parlez-li d'vot'malade, i' vous f'ra bon accueil,
"Et d'mandez li pour elle un' plac' de marguilleu :
"Ell' prendra bin, après, j'vous l' garantis, votr' treuille !!!

in "Vieux Rimiaux Guémenois"
Poésies en patois de Guémené Penfao