Rechercher dans ce blog

mardi 1 mai 2012

Bénédiction de la chapelle de Juzet



Le patrimoine culturel, architectural et historique de Guémené-Penfao est riche. Et puis il mériterait d'être célébré. 

L'occasion des anniversaires peut fournir prétexte à ce genre de festivité et de mise en valeur. Je m'intéresse à ce propos à un vieil édifice pour lequel il existe la trace d'un évènement, sa bénédiction, dans les registres paroissiaux anciens. 

Ce bâtiment, c'est la Chapelle St Marc de Juzet, que l'on peut toujours admirer au sortir du village de Juzet telle que sur l'ancienne carte postale que je reproduis ci-après.


Que cette chapelle appartienne à l'histoire et au corpus monumental de notre commune cela va à peu près sans dire.

La dimension culturelle qui s'y ajoute tient au fait que c'était aussi la chapelle d'une "frairie", la frairie de Juzet précisément, l'une des 13 frairies de Guémené-Penfao. 

J'ai l’intention de revenir ultérieurement dans un post particulier à la question si intéressante des "frairies", ces organisations religieuses et sociales caractéristiques de la Bretagne.

En attendant voici quelques échos du passé où résonnent à la fois les antiennes religieuses et les réjouissances paysannes.


- La bénédiction de la chapelle St Marc :

"Le vingt cinquième jour d'avril mil sept cent treize en conséquence de la permission à nous accordée par Monseigneur l’Évêque de Nantes en date du quatorzième mai mil sept cent douze signée G. évêque de Nantes et plus bas Brulé secrétaire, avons fait la bénédiction de la chapelle St Marc de Juzet que Messire Jean François de Poulpiquet seigneur du Halgouët, Juzet et autres lieux a eu la bonté de faire bâtir tout de neuf pour son usage et celui de tous les frairiens, et ladite bénédiction a été en présence des soussignés et de plusieurs habitants de Guémené et Conquereuil qui y étaient venus processionnellement en l'honneur de St Marc dont on célébrait la fête, par nous soussigné prêtre recteur de Guémené à qui le pouvoir de faire cette cérémonie était adressé par mondit seigneur évêque."



Cette fête religieuse et populaire a donc eu lieu il y a 299 ans passés d'il y a une semaine : l'année prochaine en sera le tricentenaire et j'imagine assez bien que l'on pourrait se mobiliser pour célébrer la circonstance en présence des autorités municipales (le maire, madame la 6ème adjointe chargée de la culture), religieuses (tant pis), des descendants de Jean François le Bienfaiteur et d'un grand concours de peuple de Guémené et pourquoi pas Conquereuil. Je lance l'idée, on ne sait jamais.


- Les Poulpiquet :

Le restaurateur de la chapelle St Marc, Jean françois de Poulpiquet, appartient à une vielle famille dont on peut remonter la trace jusqu'à Guyomarc'h le Poulpiquet qui épousa en 1383 Marie du Halgouët. En 1645, la châtellenie de Juzet passe de la famille d'Aiguillon aux Poulpiquet du Halgouët par le mariage de Bernard de Poulpiquet et de Françoise d'Aiguillon.

La maison de Poulpiquet a donné quelques notabilités : un Président aux comptes en 1654, deux Chevaliers de  St Michel en 1625 et 1660, deux pages du Roi en 1727 et 1771, trois chevaliers de Malte entre 1743 et 1786, trois Conseillers au Parlement de 1719 à 1783, un sous-lieutenant au Régiment Royal comtois fusillé à Quiberon en 1795, un docteur en Sorbonne évêque de Cornouailles en 1823-1840. Tous n'ont, à l'évidence, pas bien fini... Jean François, pour sa part, était capitaine de cavalerie au Régiment de Dampierre.


- La chapelle après sa bénédiction :

En tant que chapelle frairienne,  elle servit à la célébration des offices et cérémonies concernant la population des alentours de Juzet : baptêmes, mariages et enterrements. On y enterrait donc.

Cette chapelle devint bien communal sous la Révolution et fut acquise en octobre 1932 par Amaury Louis Marie de Poulpiquet, comte du Halgouët, lequel la restaura à nouveau à l'instar de son ancêtre Jean François.

Pendant longtemps, une procession à la chapelle de Juzet eut lieu pour la St Marc. Aujourd'hui il ne s'y passe plus rien et semble close et endormie depuis bien des années. J'ai pourtant le vague souvenir d'y être entré dans mon enfance. Est-ce un rêve ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire